mercredi 31 janvier 2018

Lexique immobilier marocain courant Sa traduction en Français


Lexique immobilier marocain courant Sa traduction en Français
Bab : La porte
Beït : Chambre
Bejmat : Briquettes en terre cuite
Bhou : Salon ouvert sur le patio
Dar : Maison
Douar : Petit hameau surtout dans le sud du Maroc
Douiria : Petite maison rattachée à un riad
Hammam : Bain de vapeur (semblable au sauna)
Ksar : Palais
Kasbah : Forteresse
Mâalem : Maître artisan
Médersa : Ecole coranique
Médina : L'ancienne ville
Melk : Le bien qui appartient à une propriété privée
Minaret : Tour de mosquée
Quermoud : Tuile
Pisé : Le pisé fait intégralement partie du paysage architectural du Maroc. La technique consiste en utilisant la terre argileuse pour la construction des maisons sans soutenir la structure à l'aide de pièces de bois (colonnes ou piliers). Il y a des mélanges sans ou avec paille.
Certaines constructions de hauteur importante nécessitent une bourre. Pour l'érection d'un mur on utilise soit des briques préformées ou des couffrages directement sur le chantier.
RiadGrande demeure traditionnelle dans la médina caractérisée par une décoration intérieure
fascinante, un jardin avec une fontaine au centre.
Rkham: Marbre
Semsar : Agent immobilier ou courtier public
Souk : Marché
Squaf : Plafond
Stuc : Sculpture dans le plâtre sur les plafonds ou arcades
Tabia : Matière de recouvrement des murs
Tadelakt : Revêtement mural des hammams. Un genre d'enduit qui protège les murs contre l'humidité. :
Zellige : Carreaux présentant un mosaïque de terre vernissée décorant les murs
Zouak : Peinture sur bois (porte ou plafonds)

mardi 30 janvier 2018

Mandat de vente : que faut-il savoir ?

Mandat de vente : que faut-il savoir ?

Vous décidez de confier la vente de votre bien à une agence immobilière. Mais, quel mandat choisir ? Mandat exclusif, mandat sans clause d'exclusivité ?
Chaque contrat a ses spécificités mais doit obligatoirement mentionner la durée du mandat, le montant des honoraires, le prix du bien, etc.

Qu’est-ce qu’un mandat de vente ?

Un mandat de vente est un contrat bilatéral qui unit le vendeur, propriétaire d’un bien immobilier, et un professionnel de l’immobilier à qui le vendeur confie son bien à la vente.
Il existe deux types de mandats de vente, le mandat exclusif et non-exclusif.
La caractéristique du mandat de vente exclusif est que le mandant (propriétaire du bien), ne confie son bien à la vente qu’à un seul et même professionnel de l’immobilier.

Que doit contenir le mandat de vente ?

  • L’identité des personnes qui vendent le bien.
  • Les références et coordonnées du ou des cabinets chargés de la vente.
  • La désignation du bien : le professionnel de l’immobilier doit vérifier que celui qui se prétend propriétaire l’est bien, au moyen du titre de propriété.
  • Le prix du bien.
  • Le montant de la rémunération ;
  • La durée : elle est limitée dans le temps. Les mandats prévoient, en général, une durée irrévocable de 3 mois reconductibles par tacite reconduction par période d'un mois. Dans tous les cas au-delà d'un an, le mandat de vente est terminé.

Quelle est la mission d’un agent immobilier dans le cadre d’un mandat de vente exclusif ?

L’agent immobilier doit demander tous les diagnostics obligatoires en fonction de la nature du bien, de sa date de construction,…
Il vérifie l’authenticité du bien et le titre de propriété de celui qui se prétend propriétaire.
Il peut également être amené à vérifier certains éléments auprès des hypothèques.
Dans le cas où il ne s’agit pas d’une copropriété, il est également important de vérifier qu’il n’y ait pas de servitudes.
L’agent immobilier peut aussi faire en sorte de modifier le prix de vente d’un bien.

Quelles sont les obligations du propriétaire envers les agences immobilières ?

Si le propriétaire vend lui-même son bien, il ne doit pas d'argent aux agences immobilières avec lesquelles il a conclu le mandat de vente.
En revanche, le vendeur doit communiquer aux agences immobilières le nom de la personne à qui il vend son bien car il est possible que l’une des agences ait déjà fait visiter le bien aux futurs acheteurs en question.
En ce qui concerne les honoraires ou la commission, le montant est versé à la date de signature chez le notaire.

ACTUALITES


ACTUALITES IMMOBILIERES

Maroc. L’encours au financement participatif atteint les 300 milliards $ en 2020

L’immobilier au Maroc vous prédit une bonne année 2018 !

baromètre crédits immobiliers

Foncier HAUSSE DES DROITS DE CONSERVATION FONCIERE

L'immobilier  ancien et le neuf ce qui a change



IMMOBILIER: LE FISC VEUT DYNAMISER LE SECTEUR

IMMOBILIER: LE FISC VEUT DYNAMISER LE SECTEUR

Par Rachid Al Arbi le 26/01/2018 à 00h22© Copyright : Dr
Kiosque360. La Direction générale des impôts entend dynamiser le secteur de la promotion immobilière en supprimant l’impact fiscal de l’apport d’un terrain à une société. L’impôt ne sera exigible qu’après la cession du bien ou des titres de participation.
La neutralité fiscale en cas d’apport d’un bien immeuble ou de droits réels immobiliers au stock d’une nouvelle société est désormais instaurée. Dans son édition du jour, L’Economiste rapporte que la mesure a été introduite dans la nouvelle loi de Finances.

Le journal assure cependant que la régularisation fiscale n’intervient qu’à la cession totale ou partielle des biens apportés à la société bénéficiaire. À travers cette incitation, l’État comme le précise le journal, veut «encourager la promotion immobilière mais dans un cadre plus transparent».

Les personnes physiques propriétaires de terrains qui sont la principale cible doivent apporter leur apport au profit d’une société créée à cet effet.

L’apport doit être en nature inscrit dans les statuts de la société et figurer dans son capital social. De plus, le journal précise que l’apport s’effectue selon une valeur définie au moment de l’opération évaluée un commissaire aux comptes.

Pour apporter son terrain à une société, il faut déposer le dossier auprès des services des impôts dans un délai de 60 jours. Ce dernier doit comporter «l’acte par lequel l’opération a été effectuée, le prix d’acquisition, la valorisation attestée par un commissaire aux comptes, la localisation du bien...». Sans oublier, «les éléments d’identification de la société bénéficiaire tels que le numéro d’inscription au registre de commerce, l’identifiant commun de l’entreprise (ICE) ainsi que son identifiant fiscal».

Dans ce cas de figure, le propriétaire qui investit dans une société via son bien immeuble, bénéficie en contrepartie de titres de participation. Il n’est donc pas obligé de s’acquitter immédiatement l’impôt sur le revenu au titre du revenu foncier.

Il devrait le faire au moment de la cession totale ou partielle de ses titres ou si la société bénéficiaire vend totalement ou partiellement le bien en question. «En cas de décès, le même traitement fiscal s’applique aux héritiers».

L’Economiste soutient que ce dispositif fiscal peut être appréhendé en deux volets. En premier, la société qui a reçu un bien qu’elle vend, est imposée sur la plus-value au titre de l’IS ou de l’IR, alors que la personne physique qui a apporté son bien à la société devra payer dans les 30 jours l’IR sur le profit foncier réalisé au moment de l’apport.

Par Rachid Al Arbi

http://fr.le360.ma/economie/immobilier-le-fisc-veut-dynamiser-le-secteur-153103


Ma chaine youtube

https://www.youtube.com/channel/UC4hwChdwJnV9MQ4-BH8uq3w